Qu’est-ce que t’attend?

C’est facile d’avoir des rêves. 

C’est encore plus facile trouver des excuses pour ne pas les accomplir.

  • Je n’ai pas le temps.
  • Je le ferai plus tard.
  • Ça a l’air trop difficile.
  • J’ai peur de ne pas réussir.
  • J’aimerais le faire, mais j’ai peur de ce que les autres vont penser.

Ces peurs/craintes/inquiétudes/excuses nous empêchent de réaliser nos rêves. On les laisse trop souvent contrôler notre vie. Arrête-toi 2 minutes et pense à un projet que tu rêves depuis longtemps: changer d’emploi, déménager, s’expatrier, voyager, écrire un livre, partir ton entreprise, etc. Qu’est-ce qui te retient de le réussir? Si c’est vraiment ce que tu désires, tu devrais accomplir une tâche, aussi minime qu’elle soit, à chaque jour en lien avec ce rêve. Sinon, ce n’est peut-être pas ton rêve finalement! Fais la liste de tes craintes et trouve une solution pour les apaiser.

Si on avait écouté nos peurs, on ne serait jamais parti en Californie. Quand Robin m’avait demandé si j’étais intéressée de déménager en Californie, ma première réaction fut : “T’es-tu fou?? Il y a plein de tueurs en série aux États-Unis!!”. Mais quels préjugés j’avais!! Une chance que notre conversation n’en ai pas resté là! Nous avions fait la fameuse liste “Pour et contre” pour essayer de se convaincre qu’on prenait la bonne décision. Et il y avait beaucoup de contre dans notre liste! On est parti pareil!

Pour le tour du monde, la liste des peurs est encore plus grande:

-décider de tout vendre (meubles, maison, etc)

-faire face aux imprévus (oui pandémie, je parle de toi ici!)

-ne pas connaître l’emplacement de notre prochain domicile post-voyage

-sécurité des enfants pendant le voyage

-faire attention à notre budget durant le voyage

-devoir rester flexible concernant l’itinéraire, les hôtels/AirBnb, billets d’avion, etc.

-ne pas connaître les règles et coutumes dans chaque pays qu’on va visiter

-peur de se faire voler, peur des “scammers”

-réussir à transporter tout notre matériel dans 2 backpacks pour 5 personnes!

-peur des différents défis qu’on devra surmonter 

-on peut rajouter: incertitude face à de nouveaux re-confinements/quarantaines possibles, frontières fermées, rapatriement obligatoire, etc.

Et pourtant, cela ne nous a pas empêché de prendre la décision de partir. Plus d’un an avant de partir, on a commencé à cocher notre longue liste de tâches à accomplir pour réaliser notre rêve. Et on est heureux d’avoir sauter dans le vide. Cela nous a apporté et nous apportera encore tant de belles expériences de vie, que nous n’aurions pas eu si nous étions restés dans notre monde douillet, notre zone de confort.

Mais pour y arriver, il faut sauter dans le vide. On n’a pas le choix de faire ce saut même si on ne sait pas ce qu’il y a tout en bas. Ça fait parti du thrill de partir à la découverte de l’inconnu.

Mon premier vrai saut

À l’Université, j’ai eu l’opportunité de prendre un cours de langue autre que l’anglais. Si j’avais écouté les gens, j’aurais pris l’espagnol: “Tu as plus de chance de côtoyer des gens qui parlent en espagnol.” “Ca te sera plus utile plus tard”. “Tout le monde prend le cours d’espagnol, tu devrais le faire toi aussi!” “C’est la langue la plus facile à apprendre. Go pour la facilité!”. 

Mais quand j’ai eu la liste des cours de langues devant mes yeux, ma tête et mon coeur avait choisi le japonais. Pourquoi? Je ne sais pas vraiment, mais j’étais à ma dernière année d’université et je voulais pour une fois, penser à moi. Je me souviens d’avoir hésité pendant des heures, assise devant mon écran d’ordinateur à me demander ce que les autres diraient, à me demander si j’allais être capable de relever le défi.

Et j’ai sauté! Je me suis inscrite au cours de japonais. Sans savoir dans quoi je m’embarquais. Cela fait maintenant près de 13 ans que j’ai pris ce cours et c’est la plus belle expérience de tout mon baccalauréat. J’y ai rencontré une professeure passionnée, qui m’a transmis son amour pour le Japon. Merci Sonia! 🙂 

Ce fut un petit saut, j’en conviens, mais cela a eu des impacts énormes sur ma vie:

  • Décision de prendre le cours de japonais;
  • Nouvelle passion (le Japon);
  • Mes 2 premiers voyages à l’international; 
  • 1 expatriation aux USA;
  • 1 projet de tour du monde en famille;
  • Autres projets: à suivre! 🙂 

Cela est un exemple parmi tant d’autres qui me sont arrivés par la suite. Et oui, à toutes les fois que j’ai sauté, j’avais la chienne comme on dit. C’est angoissant de ne pas savoir ce qui nous attend. C’est avec du recul qu’on peut voir ce qu’un “simple” saut peut avoir comme impact sur notre vie. Peu importe si c’est au niveau personnel, familial, professionnel.  

Il faut lâcher prise des fois, car on ne peut pas prédire ce qui va se passer. Si ça s’avère plus négatif comme expérience, on peut réajuster le tir. Au moins, tu pourras dire que tu l’as essayé et tu auras de fabuleuses anecdotes en prime!

Ce ne sera jamais parfait. Il y aura toujours des points dans la colonne des “contre”, la liste des craintes te paraîtra toujours trop longue. Il faut seulement suivre son instinct et oser croire qu’on saura en retirer le maximum de positif. Crois-moi, ça vaut vraiment la peine de sauter!

2 thoughts on “Qu’est-ce que t’attend?

  1. Wow tellement bien dit,. Nous moi et Daniel. Avons choisi le confort a 23 ans pour ne pas se sépare de nos parents. Oh Boy quel regret nous avons aujourd’hui. Je serai ailleurs aussi. Nous c’ était .Vive en Europe. En France Ou Belgique. Un endroit. Moins d’hiver. J ai un ami d’enfance qui habite la Suisse. Je l’envie aussi. Lolol. Vous faites tellement bien. Bravo. Et. Superbe Texte. Xxxx. Longue route à vous 5 xxxx

    1. Salut Carole,

      Merci du beau commentaire. Quand la pandémie sera terminée, on peut s’arranger pour se croiser n’importe ou dans le monde!
      Pas grave pour les regrets, on peut rien changé au passé, l’important c’est la suite.

      À la prochaine!
      Robin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *